Les Patriots pourraient se départir de Sony Michel

Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pourraient chercher à se départir du porteur de ballon Sony Michel. L’équipe a décidé de ne pas prendre l’option de la cinquième année de son contrat qui lui aurait permis d’empocher plus de quatre millions de dollars en 2022. Sa présente entente avec l’équipe prendra fin après la saisons 2021, mais est-il présentement l’homme de trop dans le champ arrière?

Depuis son arrivée dans la NFL, les statistiques du choix de premier tour des Patriots en 2018 sont en constante régression. Sa moyenne de verges au sol par match est passée de 71 verges en 2018 à 49 en 2020. Toutefois, lors de ses deux premières saisons chez les professionnels, Michel a tout de même réussi à inscrire plus de 900 verges au sol en plus d’être capable d’aller chercher des verges par la voie des airs.

Place à un plus jeune?

Selon le journaliste Mike Reiss du réseau ESPN, les Patriots pourraient libérer Sony Michel de sa liste de 53 joueurs si les performances du porteur recrue Rhamondre Stevenson sont impressionnantes lors du camp d’entraînement. Stevenson vient tout juste d’être repêché au 120ème rang au total lors du dernier repêchage et l’entraîneur-chef des Patriots, Bill Belichick, voudra certainement lui offrir toutes les chances possibles afin qu’il puisse être en mesure de ravir le poste de porteur de ballon numéro un de l’équipe.

Si tel est le cas, Sony Michel serait un excellent complément dans un groupe de porteurs de ballon puisqu’il est capable d’être efficace autant avec ses jambes qu’avec ses réceptions, alors il peut offrir une option de double menace contre les défensives adverses. La saison dernière, il a maintenu une moyenne de 16 verges par réceptions pour un total de 114 verges en seulement neuf rencontres. Il a réellement amélioré cette facette de son jeu au fil des années et il pourrait être encore plus efficace si une équipe l’utilise davantage et s’il se tient loin des blessures.

Image par défaut
Pierre-David Bolduc
Publications: 115