Aaron Rodgers suggère que la décision d’annuler la dernière pénalité du match était influencée par la ligue

Lors d’un quatrième essai important pour les Packers de Green Bay lors de la fin de leur match face aux Vikings du Minnesota dimanche, un mouchoir a été lancé pour punir une interférence de passe du côté des Vikings, mais a été annulée par la suite. Le quart-arrière Aaron Rodgers affirme que cette situation est probablement la décision des dirigeants de la NFL.

Depuis plusieurs années, les dirigeants et haut-placés de la NFL font partie de toutes sortes de controverses dont celle que vient d’affirmer Rodgers.

Je sais qu’il y a des moments où – ils ne l’admettront probablement pas – mais New York regarde certains de ces jeux et leur dit (arbitres) si c’est une interférence de passe ou pas ou peu importe de quelle pénalité il s’agit.

Aaron Rodgers via PFT

L’ancien MVP n’affirme pas cela pour rien. En effet, si l’on se fit à la reprise vidéo, la pénalité n’aurait pas dû être annulée, les arbitres auraient dû sévir. Ainsi, le match aurait pu prendre une toute nouvelle allure.

L’an dernier, la NFL avait décidé d’essayer d’instaurer une possibilité de reprise vidéo pour les interférences de passes et les pénalités non décernées, particulièrement en raison de l’incident lors du match de finale de conférence NFC de la saison 2018 entre les Saints et les Rams, alors que les Saints n’ont pas pu bénéficier d’une pénalité d’interférence de passe, ce qui leur a coûté le match. Cette nouveauté en 2019 n’a pas bien fonctionné et donc, cette année, tous les appels devraient être décidés sur le terrain-même, pas par les dirigeants de la ligue.

Selon certains, on pourrait aller vérifier la reprise vidéo s’il s’agit d’une gaffe frappante, mais lors du match des Packers, avant la vidéo, la décision prise au début n’était ni frappante, ni une gaffe des arbitres.

Si cette erreur a eu lieu en raison d’une directive des dirigeants de la NFL directement aux arbitres, il s’agit d’un gros problème, parce que ceux-ci ne devraient pas s’en mêler. Toutefois, pour l’instant, personne ne peut confirmer si cela a bien eu lieu ou non.

Image par défaut
Jérémie Lussier
Publications: 314